• Th/V

De l'importance du matériel




Un jour j'ai rencontré Sterling Hoffman, photographe de portraits à Washington depuis plus de 40 ans. Je n'étais pas encore pro, je rêvais de le devenir mais ça me semblait complétement utopique.



À l'époque je pensais que le matériel était important, je disais à Sterling comme j'étais déçu de tel ou tel aspect de mon Pentax K10 et combien j'aurais aimé avoir le même Canon plein format que lui. Sa réponse fut une révélation : "The photographer takes the picture, not his camera." C'est le photographe qui fait la photo, pas son appareil.


Je ne me suis jamais plus plaint de mon K10 (ou presque) et je me suis concentré sur faire des photos. 10 ans se sont écoulé avant que je passe au plein format. Pendant cette période, j'ai franchi le pas, je suis devenu pro et j'ai gardé cette petite phrase de Sterling en tête. Ce qui est important c'est ce qu'on photographie et comment on le photographie, pas avec quoi on le photographie.


Pourtant, je reste attaché à mon matériel, mais aujourd'hui j'ai compris que c'est pour d'autres raisons, plus sentimentales, presque animales. Mon vieux Nikon D3 par exemple (mon premier plein format…), dès que je l'ai pris en main j'ai compris qu'il m'irait comme un gant. Paradoxalement, je comprends d'autant mieux ce que Sterling voulait dire, j'adore cet appareil mais les considérations techniques sont très secondaires - depuis j'ai eu plus récent et plus performant ; et pourtant je n'arrive pas à m'en séparer de ce D3 (que j'appelle Nik) et je continue de shooter avec, les yeux fermés, si je puis dire.



Mais il n'y a pas que l'appareil.



Mon Narmada à moi

Et puis il y a mon sac. Pendant des années j'ai cherche LE sac sans le trouver. Et j'ai rencontré Élisabeth Belardat @bbcuir, quelqu'un que j'apprécie beaucoup et dont j'admire le travail. Je lui ai donc demandé de me faire MON sac. Le voici, il s'appelle Narmada (tous les sacs faits par Élisabeth portent un nom de fleuve ou de rivière) et il me va comme un gant lui aussi !



il me permet d'accueillir 2 boitiers, une batterie d'objectifs (incluant celui que j'appelle 'le bazooka', un longuissime 300 mm f/4) tout le tralala du petit photographe en balade (chargeurs, batteries, câbles, cartes mémoire, Leatherman, etc. etc.) et même un ordi portable. Il est doté de crochets permettant de l'amarrer à l'arrière d'une moto et enfin/surtout il est d'un confort de portage inégalable.


Cerise sur le gâteau, il s'embellit en vieillissant (comme moi :D).


Je vous invite à découvrir le travail d'Élisabeth sur son site : https://www.bbcuir.fr


Texte et photos © ThV


Contact

Thierry VINCENT

Photographe  Auteur  Réalisateur  Formateur

07 52 06 73 42

 

contact@thierryvincent.com

  • Black Facebook Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Black Instagram Icon
  • Noir Vimeo Icône

© 2019 par Thierry VINCENT

Artiste-auteur indépendant

France | SIRET ​​50349216700039 (anciennement  ​​50349216700021, en cours de mise à jour) - NAF 9003A RC PRO MMA | Auteur non assujetti à la TVA | Hébergement site Wix